Thématique citations : Le bonheur

203 Citations

Pg 1/5

Définition

Chaque homme aspire au bonheur, c'est peut être une des vérités fondamentales au centre de l'existence de chacun. Chaque homme cherche, par ses choix de vie, ses interactions avec autrui, ses actions - qu'elles soient constructrices ou destructrices pour lui ou les autres - à atteindre cet idéal de bonheur.

Mais le bonheur, qu'est-ce au final? Difficile de le définir puisqu'il touche au domaine des sensations et que chaque individu peut avoir son idée spécifique à ce sujet. On pourrait toutefois le définir au plus simple comme un état de satisfaction et de plénitude.

Ceci déterminé, rien n'est encore dit: en effet, à cette définition succincte s'ajoute plusieurs points à prendre en compte:

La qualité

Un bonheur total et complet est-il envisageable?

Peut-on instituer des graduations à l'état de bonheur? Un bonheur parfait existe-t-il? La perfection est-elle autre chose qu'une utopie? Il semble bien que non... Ce qui fait dire à Corneille dans Le Cid:

Jamais nous ne goûtons de parfaite allégresse:
Nos plus heureux succès sont mêlés de tristesse;
Toujours quelques soucis en ces événements
Troublent la pureté de nos contentements.

Et à Alfred de Musset dans la confession d'un enfant du siècle:

La perfection, ami, n'est pas plus faite pour nous que l'immensité. Il ne faut la chercher en rien, ne la demander à rien, ni à l'amour, ni à la beauté, ni au bonheur, ni à la vertu; mais il faut l'aimer pour être vertueux, beau et heureux autant que l'homme peut l'être.

La fugacité

Combien de temps peut durer cet état de bonheur?

La notion de bonheur est étroitement liée à la durée: une joie temporaire n'est pas le bonheur, de même qu'une succession de joies non plus. Le bonheur se définit donc dans la prolongation de son état dans le temps. Pour autant, une telle chose est-elle possible sur la durée? Il est difficile de le concevoir (et encore plus de l'expérimenter). Jean-Jacques Rousseau nous le rappelle:

Le bonheur est un état trop constant et l'homme un être trop muable pour que l'un convienne à l'autre.

Ainsi qu'Emil Cioran, dans une formulation un peu plus sombre:

Je n'ai pas connu une seule sensation de plénitude, de bonheur véritable, sans penser que c'était le moment ou jamais de m'effacer pour toujours.

Les éléments constituants

S'il est difficile de trouver une recette du bonheur, on peut tout à la fois reconnaitre certains éléments qui le favorisent, ainsi qu'au contraire d'autres qui lui nuisent.
L'universalité des ces éléments est bien sûr laissée à l'appréciation de chacun, car peut être en effet, au lieu d'une recette unique, il existe autant de recettes que d'individus.

Parmi ces éléments on peut par exemple retenir:

 

- La santé:
Prédisposition au bonheur, qui ne se rappelle à nous que lorsqu'on n'en dispose plus. Même si le bonheur n'est pas inaccessible à celui qui ne dispose plus de la santé, les peines ou la maladie sont un gros frein à cet état.
A ce sujet, Schopenhauer (dans ses aphorismes sur la sagesse et la vie) disait d'ailleurs:

En thèse générale, les neuf dixièmes de notre bonheur reposent exclusivement sur la santé [...] Il s'ensuit donc qu'il est de la plus insigne folie de sacrifier sa santé à quoi que ce soit, richesse, carrière, études, gloire et surtout à la volupté et aux jouissances fugitives. Au contraire, tout doit céder le pas à la santé.

 

- La liberté:
Même si on connaît l'exemple d'êtres exceptionnels à même de ressentir une certaine forme de bonheur après avoir été privés de leur liberté, la plupart des hommes ne sauraient connaître efficacement cet état une fois privés de leur liberté.

 

- Le travail ou l'occupation intellectuelle:
En bonne santé et dégagé des contraintes de l'existence, l'homme laissé à lui même est confronté à son propre néant - il est peu dans sa nature de pouvoir exister sans une motivation, une occupation qui le mette à l'abri de cet état - sinon l'ennui, l'horrible ennui, le guette...
On retrouve ce point, sous diverses formes, chez de nombreux auteurs - on citera à ce propos Pascal, dans ses pensées:

Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre.

 

- La solitude:
Les moralisateurs vous le confirmeront: tous les malheurs du monde proviennent de la société. Si l'interaction avec les autres peut être source de bonheurs, il faut bien avouer qu'elle est également source de nombreux malheurs. La solitude, quand à elle, est une amie fidèle qui jamais ne change de visage - alors est-il préférable de la choisir (même si l'ennemi déjà cité, l'ennui peut parfois l'accompagner), chacun décidera.
Chamfort quand à lui a son idée, dans ses maximes et pensées, a son idée sur la question:

On est plus heureux dans la solitude que dans le monde. Cela ne viendrait-il pas de ce que, dans la solitude, on pense aux choses, et que, dans le monde, on est forcé de penser aux hommes?

Une recherche personnelle

On pourrait énumérer bien d'autres de ces éléments: le rapprochement à la nature, le retour à la simplicité, la religion, etc...
La question demeure (et demeurera certainement sans réponse) de savoir si le bonheur n'est pas qu'une illusion. A chacun donc de trouver les briques qui lui permettront de construire sa version du bonheur, aussi minimale fut-elle ou aussi vaine cette aspiration soit-elle.

Les outils pour y arriver (ou, à défaut, y réfléchir) sont nombreux et on trouvera dans les écrits de nombreux philosophes de quoi alimenter cette recherche. Des plus antiques aux plus actuels, des plus pessimistes aux plus optimistes, on peut estimer que le sujet a été parcouru et étudié dans tous les sens.
A vous donc de vous faire votre propre idée parmi ces pensées souvent pleines de sagesse.

Pour ma part, j'affectionne particulièrement ces mots de Florian, dans ses fables:

Laissons, laissons aller le monde
Comme il lui plaît, comme il l'entend;
Vivons caché, libre et content,
Dans une retraite profonde.
Là, que faut-il pour le bonheur?
La paix, la douce paix du coeur,
Le désir vrai qu'on nous oublie,
Le travail qui sait éloigner
Tous les fléaux de notre vie,
Assez de bien pour en donner,
Et pas assez pour faire envie.

 

Il m'a depuis longtemps paru que la joie était plus rare, plus difficile et plus belle que la tristesse. Et quand j'eus fait cette découverte, la plus importante sans doute qui se puisse faire durant cette vie, la joie devint pour moi non seulement (ce qu'elle était) un besoin naturel - mais bien encore une obligation morale. Il me parut que le meilleur et plus sûr moyen de répandre autour de soi le bonheur était d'en donner soi-même l'image, et je résolus d'être heureux.


Par: André Gide

Ajoutée par Savinien le 13/01/2021

Catégories:

Malgré sa pitié et son amour pour Hermangarde, il se trouvait mieux auprès de la femme qu'il n'aimait plus qu'à côté de celle qu'il aimait. Quoi d'étonnant? Toutes ses relations avec Vellini étaient droites et vraies; avec Hermangarde, elles ne l'étaient plus. L'air vital du coeur, n'est-ce pas la confiance? Le bonheur entre ceux qui s'aiment, c'est de parler haut.


Par: Jules Barbey d'Aurevilly

Ajoutée par Savinien le 12/01/2021

Catégories:

Le bonheur


Si tu veux être heureux, ne cueille pas la rose
Qui te frôle au passage et qui s'offre à ta main;
La fleur est déjà morte à peine est-elle éclose,
Même lorsque sa chair révèle un sang divin.

N'arrête pas l'oiseau qui traverse l'espace;
Ne dirige vers lui ni flèche ni filet
Et contente tes yeux de son ombre qui passe
Sans les lever au ciel où son aile volait;

N'écoute pas la voix qui te dit « Viens ». N'écoute
Ni le cri du torrent, ni l'appel du ruisseau;
Préfère au diamant le caillou de la route;
Hésite au carrefour et consulte l'écho.

Prends garde. Ne vêts pas ces couleurs éclatantes
Dont l'aspect fait grincer les dents de l'envieux;
Le marbre du palais, moins que le lin des tentes,
Rend les réveils légers et les sommeils heureux.

Aussi bien que les pleurs le rire fait des rides.
Ne dis jamais « Encore », et dis plutôt « Assez ».
Le Bonheur est un Dieu qui marche les mains vides
Et regarde la Vie avec des yeux baissés.


Par: Henri François Joseph de Régnier

Ajoutée par Savinien le 07/01/2021

Catégories:

Il est des bonheurs tellement grands, tellement inespérés, que, quand ils tombent à vos pieds un jour, vous ne savez comment vous y prendre pour les ramasser.


Par: Jules Barbey d'Aurevilly

Ajoutée par Savinien le 07/01/2021

Catégories:

Le bonheur est une chose si fragile, il y en a si peu de réservé à l'homme, que ce qu'il en peut avoir lui semble toujours pris sur la part des autres; qu'il se cache comme un voleur pour en jouir, et n'ose être heureux que tout bas.


Par: Alphonse Karr

Ajoutée par Savinien le 19/12/2020

Catégories:

Le bonheur, comme le soleil, assainit l'air que l'on respire et réjouit l'âme même des simples spectateurs.


Par: Alphonse Karr

Ajoutée par Savinien le 19/12/2020

Catégories:

Les bonheurs durables sont ceux entre lesquels et nous il y a beaucoup de chemin à faire, - ceux qui reculent à mesure que nous avançons.


Par: Alphonse Karr

Ajoutée par Savinien le 15/12/2020

Catégories:

L'air renfrogné, la mauvaise humeur et la morgue ne composent pas la sagesse et n'en sont pas toujours une enseigne très sûre. La sagesse est la santé de l'esprit et du coeur; elle doit rendre heureux et gai.


Par: Alphonse Karr

Ajoutée par Savinien le 15/12/2020

Catégories:

Non, je ne crois pas le bonheur possible, mais bien la tranquillité. C'est pourquoi je m'écarte de ce qui m'irrite.


Par: Gustave Flaubert

Ajoutée par Savinien le 28/08/2020

Catégories:

Je ne suis pas fier, mais je suis heureux, et le bonheur aveugle, je crois, encore plus que la fierté.


Par: Alexandre Dumas (père)

Ajoutée par Savinien le 23/08/2020

Catégories:

Le bonheur est un mensonge dont la recherche cause toutes les calamités de la vie. Mais il y a des paix sereines qui l'imitent et qui sont supérieures peut-être.


Par: Gustave Flaubert

Ajoutée par Savinien le 21/08/2020

Catégories:

Ce que je redoute étant la passion, le mouvement, je crois, si le bonheur est quelque part, qu'il est dans la stagnation; les étangs n'ont pas de tempêtes.


Par: Gustave Flaubert

Ajoutée par Savinien le 20/08/2020

Catégories:

J'en veux à ceci: l'aspiration au bonheur par les faits, par l'action. Je hais cette recherche [de] béatitude terrestre. Elle me semble une manie médiocre et dangereuse. Vivent l'amour, l'argent, le vin, la famille, la joie et le sentiment! Prenons de tout cela le plus que nous pourrons, mais n'y croyons point. Soyons persuadés que le bonheur est un mythe inventé par le diable pour nous désespérer. Ce sont les peuples persuadés d'un paradis qui ont des imaginations tristes. Dans l'antiquité, où l'on n'espérait (et encore !) que des Champs-Élysées fort plats, la vie était aimable.


Par: Gustave Flaubert

Ajoutée par Savinien le 20/08/2020

Catégories:

Il ne faut jamais penser au bonheur; cela attire le diable, car c'est lui qui a inventé cette idée-là pour faire enrager le genre humain. La conception du paradis est au fond plus infernale que celle de l'enfer. L'hypothèse d'une félicité parfaite est plus désespérante que celle d'un tourment sans relâche, puisque nous sommes destinés à n'y jamais atteindre. Heureusement qu'on ne peut guère se l'imaginer; c'est là ce qui console. L'impossibilité où l'on est de goûter au nectar fait trouver bon le chambertin.


Par: Gustave Flaubert

Ajoutée par Savinien le 19/08/2020

Catégories:

Le bonheur est l'exception de la vie.


Par: Honoré de Balzac

Ajoutée par Savinien le 18/08/2020

Catégories:

La vie en commun est l'idéal du bonheur entre gens qui s'aiment. Je l'ai senti au couvent, je ne l'ai jamais oublié; mais il faut à tout être pensant ses heures de solitude et de recueillement. C'est à ce prix seulement qu'il goûte la douceur de l'association.


Par: Amantine Aurore Lucile Dupin (George Sand)

Ajoutée par Savinien le 05/07/2020

Catégories:

Un noble vénitien ne tient certainement pas à son palais autant qu'un paysan du Berry à sa chaumière, et le capitaliste qui possède plusieurs lieues carrées en retire infiniment moins de jouissances que l'artisan qui cultive une giroflée dans sa mansarde. Un avocat de mes amis disait un jour en riant à un riche client qui lui parlait à satiété de ses domaines: « Des terres? Vous croyez qu'il n'y a que vous pour avoir des terres! J'en ai aussi, moi, sur ma fenêtre, dans des pots à fleurs; et elles me donnent plus de plaisirs et moins de soucis que les vôtres. »
Depuis, cet ami a fait un gros héritage; il a eu des terres, des bois, des fermes, et des soucis par conséquent.


Par: Amantine Aurore Lucile Dupin (George Sand)

Ajoutée par Savinien le 19/06/2020

Catégories:

Je trouve un vrai bonheur dans la solitude au milieu de la campagne triste et dépouillée, avec le vent qui siffle, des nuages noirs qui glissent dans le ciel, le gazon gris et les glaciers; la campagne, quand on la recherche pour la solitude, vaut mieux en hiver qu'en été. En été, la nature est trop vivante et fait trop société. Je crois qu'il faut de la jeunesse et de la force pour éprouver ces impressions, car c'est la vie intérieure qui rend agréable le repos du dehors.


Par: Benjamin Constant

Ajoutée par Savinien le 28/05/2020

Catégories:

Le secret pour être heureux c'est de savoir jouir, jouir à table, jouir au lit, jouir d'être debout, d'être assis - jouir du plus pâle rayon de soleil, du plus mince paysage, c'est-à-dire aimer tout de sorte que pour être heureux il faut déjà l'être - pas de pain sans levain.


Par: Gustave Flaubert

Ajoutée par Savinien le 19/05/2020

Catégories:

Le fonds de son bien s'évanouit en peu de temps; il éprouva qu'un homme de condition, né riche, ne fait jamais qu'un homme de qualité fort pauvre; il se trouva ruiné sans avoir seulement effleuré le plaisir, et vit trop tard que le bonheur s'obtient et ne s'achète pas.


Par: Claude-Henri de Fusée de Voisenon

Ajoutée par Savinien le 01/05/2020

Catégories:

J'oublie le monde, c'est un parti plus sûr et plus honnête que de déclamer contre, et j'éprouve que le seul moyen de devenir heureux est d'être Philosophe.


Par: Claude-Henri de Fusée de Voisenon

Ajoutée par Savinien le 28/04/2020

Catégories:

J'ai remarqué souvent que tous les faux bonheurs ont un point de vue, comme certains tableaux dont les beautés diminuent et disparaissent à mesure qu'on en approche.


Par: Claude-Henri de Fusée de Voisenon

Ajoutée par Savinien le 28/04/2020

Catégories:

Je remarquai que chacun vantait le bonheur et se plaignait du malheur; je ne concevais pas pourquoi on avait la maladresse de trouver l'un plutôt que l'autre, et je n'avais pas encore assez de raison pour sentir que les routes qu'on prend pour arriver au bonheur sont presque toujours celles qui vous en éloignent.


Par: Claude-Henri de Fusée de Voisenon

Ajoutée par Savinien le 28/04/2020

Catégories:

Plus on s'écarte de soi-même, plus on s'écarte du bonheur.


Par: Claude-Henri de Fusée de Voisenon

Ajoutée par Savinien le 28/04/2020

Catégories:

Acte II, Scène 2


Pour vivre avec douceur, cher ami, croyez moi,
Le grand art est d'apprendre à bien vivre avec soi.


Par: Jean-Baptiste Louis Gresset

Extrait de: Sydney (1745)

Ajoutée par Savinien le 25/04/2020

Catégories:

Je tiens pour principes certains du bonheur qu'il faut préférer les avantages de la nature à tous ceux de la fortune, et que nous ne devons point aller chercher hors de nous ce que nous pouvons trouver chez nous.


Par: Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre (Bernardin de Saint-Pierre)

Ajoutée par Savinien le 12/04/2020

Catégories:

Je ne sais si je suis toujours malheureux, mais je sais que je ne suis plus ni faible ni désespéré. Ce n'est pas être malheureux d'ailleurs que de vivre avec une souffrance. Le bonheur ne consiste pas dans l'absence des maux, il est uniquement dans la grandeur ou dans la beauté de l'idée qui nous les fait supporter.


Par: Amantine Aurore Lucile Dupin (George Sand)

Extrait de: Flamarande (1875)

Ajoutée par Savinien le 05/04/2020

Catégories:

Le plus heureux des hommes serait celui qui, possédant la science de son labeur, et travaillant de ses mains, puisant le bien-être et la liberté dans l'exercice de sa force intelligente, aurait le temps de vivre par le coeur et par le cerveau, de comprendre son oeuvre et d'aimer celle de Dieu.


Par: Amantine Aurore Lucile Dupin (George Sand)

Ajoutée par Savinien le 04/04/2020

Catégories:

Cette disposition de son esprit, cette joie de posséder, après de longues aspirations, le spectacle de la nature, rendaient sa compagnie vivante et charmante. Elle n'avait pas d'emphase descriptive, pas de cris d'admiration enfantine. Elle gardait bien le sérieux et la dignité d'une femme qui approche de sa maturité intellectuelle; mais elle savourait à pleins yeux et à plein sourire la vie des choses de Dieu. On la sentait heureuse, et on était heureux soi-même auprès d'elle sans avoir besoin de l'interroger.


Par: Amantine Aurore Lucile Dupin (George Sand)

Extrait de: Tamaris (1862)

Ajoutée par Savinien le 30/03/2020

Catégories:

- Vous avez réponse à tout; mais aurez-vous réponse à mon malheur, si je vous en demande compte?
- Vous ne serez pas malheureuse.
- Pourquoi donc?
- Vous avez trop d'esprit pour cela; avec un esprit tel que le vôtre, on ne prend que le bon côté de la vie, on laisse le reste aux sots.
- Qui ne le ramassent point, monsieur. Ne calomniez pas les sots: à l'endroit du bonheur, ils en savent plus que qui que ce soit.


Par: Alexandre Dumas (père)

Ajoutée par Savinien le 28/03/2020

Catégories:

Du repos, une douce étude,
Peu de livres, point d'ennuyeux,
Un ami dans la solitude,
Voilà mon sort; il est heureux!


Par: Alexandre Dumas (père)

Ajoutée par Savinien le 27/03/2020

Catégories:

Je blâme également, et ceux qui prennent le parti de louer l'homme, et ceux qui le prennent de le blâmer, et ceux qui le prennent de le divertir; et je ne puis approuver que ceux qui cherchent en gémissant.
Les stoïques disent: Rentrez au-dedans de vous-mêmes, et c'est là où vous trouverez votre repos: et cela n'est pas vrai. Les autres disent: Sortez dehors, et cherchez le bonheur en vous divertissant: et cela n'est pas vrai. Les maladies viennent: le bonheur n'est ni dans nous, ni hors de nous; il est en Dieu et en nous.


Par: Blaise Pascal

Ajoutée par Savinien le 14/03/2020

Catégories:

Chanson morale


Rions, chantons, aimons, buvons,
En quatre points, c'est ma morale;
Rions tant que nous le pouvons;
Afin d'avoir l'humeur égale,
L'esprit sombre, que tout aigrit,
Tourmente ce qui l'environne;
Et l'homme heureux, qui toujours rit,
Ne fait jamais pleurer personne.

Souvent les plus graves leçons
Endorment tout un auditoire:
Mettons la morale en chansons,
Pour la graver dans la mémoire.
A ses voeux un chanteur, dit on,
Rendit l'enfer même docile:
Orphée a montré qu'un sermon
Ne vaut pas un bon vaudeville.

Quand Dieu noya le genre humain,
Il sauva Noé du naufrage,
Et dit, en lui donnant du vin:
"Voilà ce que doit boire un sage,"
Buvons-en donc jusqu'au tombeau,
Car, d'après l'arrêt d'un tel juge,
Tous les méchants sont buveurs d'eau:
C'est bien prouvé par le déluge.

Un coeur froid, qui jamais n'aima,
Du ciel déshonore l'ouvrage;
Et pour aimer, Dieu nous forma,
Puisqu'il fit l'homme à son image.
Il faut aimer, c'est le vrai bien.
Suivons, amis, ces lois divines:
Aimons toujours notre prochain,
En commençant par nos voisines.


Par: Louis-Philippe de Segur

Ajoutée par Savinien le 11/03/2020

Catégories:

La chaumière


Pour trouver ce parfait bonheur,
Dont le séjour est un mystère,
Consultez toujours votre coeur;
Que ce guide seul vous éclaire:
De vos ambitieux désirs
Fuyez la trompeuse lumière;
Et pour goûter de vrais plaisirs,
Venez me voir dans ma Chaumière.

Là vous jouirez des faveurs
Que me prodigue la nature:
Vous y verrez des fruits, des fleurs,
Et le cristal d'une onde pure.
Si vous aimez un doux sommeil,
Venez dormir sur ma fougère;
Si vous aimez un doux réveil,
Réveillez-vous dans ma Chaumière.

Zéphir y parfume les airs
Des odeurs que la rose exhale;
Vous entendrez les doux concerts
De la fauvette matinale,
Et si vous aimez la gaieté
Que donne un travail salutaire,
On la trouve, avec la santé,
Dans le jardin de ma Chaumière.

La Fortune, par des remords,
Souvent nous fait payer ses charmes;
Moi, je vous offre des trésors
Qui ne coûtent jamais de larmes.
La paix du coeur, de vrais amis,
Mon chien, ma lyre et ma bergère,
Peu de livres, mais bien choisis,
Voilà les biens de ma Chaumière.


Par: Louis-Philippe de Segur

Ajoutée par Savinien le 11/03/2020

Catégories:

Un trop grand bonheur, dit-il, ressemble au point culminant d'une roue de fortune; à côté de l'apogée, il y a le commencement du déclin.


Par: Alexandre Dumas (père)

Ajoutée par Savinien le 06/10/2018

Catégories:

En considérant l'être entier, en pesant le bien et le mal, on serait tenté de désirer tout accident qui porte à l'oubli, comme un moyen d'échapper à soi-même: un ivrogne joyeux est une créature heureuse. Religion à part, le bonheur est de s'ignorer et d'arriver à la mort sans avoir senti la vie.


Par: François-René de Chateaubriand

Ajoutée par Savinien le 26/06/2016

Catégories:

S'il est des gens réellement malheureux, il est juste également de dire que la plupart des hommes construisent laborieusement l'édifice de leur malheur, et bâtissent, comme on dit, des cachots en Espagne. La plupart des hommes font consister le bonheur dans ce qu'ils n'ont pas, sans autre raison que ceci, qu'ils ne l'ont pas, ou qu'un autre le possède. On a dit avec raison: "On regarde l'envers de sa vie et l'endroit de la vie des autres!"


Par: Alphonse Karr

Extrait de: Les femmes (1853)

Ajoutée par Savinien le 27/03/2016

Catégories:

Au jour du bonheur, sois en joie et, au jour du malheur, considère que Dieu a fait le bien comme le mal; jouis du présent; l'homme, en effet, une fois mort, ne trouvera rien après lui.


Par: Qohelet (L'Ecclésiaste)

Extrait de: L'Ecclésiaste

Ajoutée par Savinien le 22/03/2016

Catégories:

Mieux vaut une poignée de bonheur calme que les deux mains pleines de labeur et de vains soucis.


Par: Qohelet (L'Ecclésiaste)

Extrait de: L'Ecclésiaste

Ajoutée par Savinien le 21/03/2016

Catégories:

Je me disais: " Cette petite chambre contient tout ce qui est cher à mon coeur, et peut-être tout ce qu'il y a de meilleur sur la terre; je suis environnée de tout ce qui m'intéresse; tout l'univers est ici pour moi; je jouis à la fois de l'attachement que j'ai pour mes amis, de celui qu'ils me rendent, de celui qu'ils ont l'un pour l'autre; leur bienveillance mutuelle ou vient de moi ou s'y rapporte; je ne vois rien qui n'étende mon être, et rien qui le divise; il est dans tout ce qui m'environne, il n'en reste aucune portion loin de moi; mon imagination n'a plus rien à faire, je n'ai rien à désirer; sentir et jouir sont pour moi la même chose; je vis à la fois dans tout ce que j'aime, je me rassasie de bonheur et de vie. O mort! Viens quand tu voudras, je ne te crains plus, j'ai vécu, je t'ai prévenue; je n'ai plus de nouveaux sentiments à connaître, tu n'as plus rien à me dérober. "


Par: Jean-Jacques Rousseau

Ajoutée par Savinien le 21/02/2016

Catégories:

La manière dont on passe ici le temps est trop simple et trop uniforme pour tenter beaucoup de gens; mais, c'est par la disposition du coeur de ceux qui l'ont adoptée qu'elle leur est intéressante. Avec une âme saine peut-on s'ennuyer à remplir les plus chers et les plus charmants devoirs de l'humanité, et à se rendre mutuellement la vie heureuse? Tous les soirs, Julie, contente de sa journée, n'en désire point une différente pour le lendemain, et tous les matins elle demande au ciel un jour semblable à celui de la veille; elle fait toujours les mêmes choses parce qu'elles sont bien, et qu'elle ne connaît rien de mieux à faire. Sans doute elle jouit ainsi de toute la félicité permise à l'homme. Se plaire dans la durée de son état, n'est-ce pas un signe assuré qu'on y vit heureux?


Par: Jean-Jacques Rousseau

Ajoutée par Savinien le 14/01/2016

Catégories:

Comme le premier pas vers le bien est de ne point faire de mal, le premier pas vers le bonheur est de ne point souffrir.


Par: Jean-Jacques Rousseau

Ajoutée par Savinien le 12/01/2016

Catégories:

Il faut une âme saine pour sentir les charmes de la retraite; on ne voit guère que des gens de bien se plaire au sein de leur famille et s'y renfermer volontairement; s'il est au monde une vie heureuse, c'est sans doute celle qu'ils y passent. Mais les instruments du bonheur ne sont rien pour qui ne sait pas les mettre en oeuvre, et l'on ne sent en quoi le vrai bonheur consiste qu'autant qu'on est propre à le goûter.


Par: Jean-Jacques Rousseau

Ajoutée par Savinien le 11/01/2016

Catégories:

J'ai passé dans l'Élysée deux heures auxquelles je ne préfère aucun temps de ma vie. En voyant avec quel charme et quelle rapidité elles s'étaient écoulées, j'ai trouvé qu'il y a dans la méditation des pensées honnêtes une sorte de bien-être que les méchants n'ont jamais connu; c'est celui de se plaire avec soi-même. Si l'on y songeait sans prévention, je ne sais quel autre plaisir on pourrait égaler à celui-là. Je sens au moins que quiconque aime autant que moi la solitude doit craindre de s'y préparer des tourments. Peut-être tirerait-on des mêmes principes la clef des faux jugements des hommes sur les avantages du vice et sur ceux de la vertu. Car la jouissance de la vertu est tout intérieure, et ne s'aperçoit que par celui qui la sent; mais tous les avantages du vice frappent les yeux d'autrui, et il n'y a que celui qui les a qui sache ce qu'ils lui coûtent.


Par: Jean-Jacques Rousseau

Ajoutée par Savinien le 05/01/2016

Catégories:

Vous qui savez si bien votre Épictète, lui dis-je, voici le cas ou jamais de l'employer utilement. Distinguez avec soin les biens apparents des biens réels, ceux qui sont en nous de ceux qui sont hors de nous. Dans un moment où l'épreuve se prépare au dehors, prouvez-lui qu'on ne reçoit jamais de mal que de soi-même, et que le sage, se portant partout avec lui, porte aussi partout son bonheur.


Par: Jean-Jacques Rousseau

Ajoutée par Savinien le 27/10/2015

Catégories:

Ne croyez pas que je sois privé de tous les plaisirs; j'en éprouve continuellement un aussi sensible et plus pur que tous les autres: c'est le charme de l'amitié ; vous devez en connaître tout le prix, vous êtes fait pour la sentir, puisque vous êtes digne de l'inspirer. Je possède un ami fidèle, qui partage ma solitude, et qui, me tenant lieu de tout, m'empêche de rien regretter. Vous ne pouvez pas imaginer qu'un ami puisse dédommager du monde ; mais, malgré l'horreur que la retraite vous inspire aujourd'hui, vous la regarderez un jour comme un bien.


Par: Charles Pinot Duclos (Duclos)

Ajoutée par Savinien le 31/08/2015

Catégories:

Je n'ai pas encore quarante ans, et j'ai épuisé ces plaisirs que leur nouveauté vous fait croire inépuisables. J'ai usé le monde, j'ai usé l'amour même; toutes les passions aveugles et tumultueuses sont mortes dans mon coeur. J'ai par conséquent perdu quelques plaisirs; mais je suis exempt de toutes les peines qui les accompagnent, et qui sont en bien plus grand nombre. Cette tranquillité, ou, si vous voulez, pour m'accommoder à vos idées, cette espèce d'insensibilité est un dédommagement bien avantageux, et peut-être l'unique bonheur qui soit à la portée de l'homme.


Par: Charles Pinot Duclos (Duclos)

Ajoutée par Savinien le 31/08/2015

Catégories:

Certainement, je n'ai pas à me plaindre [...] car, Dieu merci, Je ne suis plus rien, à supposer que j'aie jamais été quelque chose, et je souhaite à beaucoup d'ambitieux de finir ainsi. J'ai trouvé la certitude et le repos, ce qui vaut mieux que toutes les hypothèses. Je me suis mis d'accord avec moi-même, ce qui est bien la plus grande victoire que nous puissions remporter sur l'impossible [...] et s'il est vrai que le but de toute existence humaine soit moins encore de s'ébruiter que de se transmettre, si le bonheur consiste dans l'égalité des désirs et des forces, je marche aussi droit que possible dans les voies de la sagesse, et vous pourrez témoigner que vous avez vu un homme heureux.


Par: Eugène Fromentin

Extrait de: Dominique (1863)

Ajoutée par Savinien le 26/08/2015

Catégories:

Le bonheur est comme l'image réfléchie par la glace: on le voit toujours, on ne le saisit jamais.


Par: Edme-Pierre Chauvot de Beauchêne

Ajoutée par Savinien le 02/08/2015

Catégories:

Il nous est loisible d'accroître sans-cesse nos biens, de vivre dans une belle maison décorée avec style, de manger des plats toujours plus raffinés, mais à quel prix? Celui de notre temps, de notre énergie et de notre attention et, en fin de compte, de notre bien-être... Comme le disait le sage taoïste Tchouang-tseu: "Celui qui a pénétré le sens de la vie ne se donne plus de peine pour ce qui ne contribue pas à la vie."


Par: Matthieu Ricard

Ajoutée par Savinien le 09/06/2015

Catégories:

Pg 1/5