Citations de Histoire d'une sous-maîtresse, de Adèle Esquiros

6 Citations

Les catholiques ont raison quand ils disent que, dans leur enfer, les tourments du corps ne sont rien en comparaison des tourments de l'âme. Il s'y connaissent. Pour la douleur de l'âme, il n'y a pas de répit: le corps s'endort quelquefois, l'âme jamais.


Par: Adèle Esquiros

Ajoutée par Savinien le 24/05/2020

Catégories:

Il y a dans le monde une loi étrange, une loi funeste, c'est la loi des contrastes: le malheur, cette ombre de la vie, atteint de préférence les plus brillantes natures.


Par: Adèle Esquiros

Ajoutée par Savinien le 24/05/2020

Catégories:

Je remarquais surtout quelques-unes de ces physionomies qui ne se fondent pas dans le milieu ordinaire. Types très rares heureusement; car celui qui n'est pas à l'unisson de son entourage, porte souvent en lui un germe d'infortune. Chaque individu, se trouvant parfait, approuve dans les autres ce qui est en lui. Si tous les hommes étaient bossus, comprenez-vous le ridicule de celui qui viendrait au monde sans gibbosité? Les natures saillantes sont rares, mais ce sont elles surtout que j'aime, puisque je vois en elles un principe de malheur.


Par: Adèle Esquiros

Ajoutée par Savinien le 24/05/2020

Catégories:

Le réfectoire, la chapelle, le dortoir, dussé-je passer pour sybarite, m'ont toujours causé une douce impression. Dans le monde, on nous plaint, parce que nous prions souvent le bon Dieu et parce que nous nous couchons à huit heures. Si l'on savait comme cela console, prier! Si l'on savait comme cela fait oublier, dormir.


Par: Adèle Esquiros

Ajoutée par Savinien le 22/05/2020

Catégories:

Le fait n'importe pas, mais l'idée: tout le monde sait agir, peu savent penser. J'ai connu un crapaud qui avait demeuré deux mille ans dans un silex. Quel grand philosophe ce devait être, ce crapaud; mais sous quel drôle de jour il devait avoir vu le monde, à travers son silex.


Par: Adèle Esquiros

Ajoutée par Savinien le 22/05/2020

Catégories:

Hélas! Tout le monde a sa vie, et la plus intéressante est celle qu'on a. Le pauvre serin dans sa cage a souvent tout un roman dans le coeur. Ah! Si le serin savait écrire!


Par: Adèle Esquiros

Ajoutée par Savinien le 22/05/2020

Catégories: