Citations de Vie de Rancé, de François-René de Chateaubriand

7 Citations

Que dirait donc le critique, maintenant qu'il n'y a pas un de nous, long ou écourté qu'il soit, qui ne se pense assuré d'aller aux astres? Pour moi, tout épris que je puisse être de ma chétive personne, je sais bien que je ne dépasserai pas ma vie. On déterre dans des îles de Norvège quelques urnes gravées de caractères indéchiffrables. A qui appartiennent ces cendres? Les vents n'en savent rien.


Par: François-René de Chateaubriand

Ajoutée par Savinien le 12/02/2013

 

Rompre avec les choses réelles, ce n'est rien; mais avec les souvenirs! Le coeur se brise à la séparation des songes; tant il y a peu de réalité dans l'homme.


Par: François-René de Chateaubriand

Ajoutée par Savinien le 24/11/2012

 

Heureuse solitude,
Seule béatitude,
Que votre charme est doux!
De tous les biens du monde,
Dans ma grotte profonde,
Je ne veux plus que vous.

Qu'un vaste empire tombe,
Qu'est-ce au loin pour ma tombe,
Qu'un vain bruit qui se perd?
Et les rois qui s'assemblent,
Et leurs sceptres qui tremblent,
Que les joncs du désert?


Par: François-René de Chateaubriand

Ajoutée par Savinien le 24/11/2012

 

Il y a un silence qui plaît dans toutes ces affaires aujourd'hui si complètement ignorées: elles vous reportent dans le passé. Quand vous remueriez ces souvenirs qui s'en vont en poussière, qu'en retireriez-vous, sinon une nouvelle preuve du néant de l'homme? Ce sont des jeux finis que des fantômes retracent dans les cimetières avant la première heure du jour.


Par: François-René de Chateaubriand

Ajoutée par Savinien le 24/11/2012

 

Epitaphe de Mme de Montbazon


Ci-gît Olympe, à ce qu'on dit:
S'il n'est pas vrai, comme on souhaite,
Son épitaphe est toujours faite:
On ne sait qui meurt, ni qui vit.


Par: François-René de Chateaubriand

Ajoutée par Savinien le 11/11/2012

 

Sociétés depuis longtemps évanouies, combien d'autres vous ont succédé! Les danses s'établissent sur la poussière des morts, et les tombeaux poussent sous les pas de la joie. Nous rions et nous chantons sur les lieux arrosés du sang de nos amis. Où sont aujourd'hui les maux d'hier? Où seront demain les félicités d'aujourd'hui? Quelle importance pourrions-nous attacher aux choses de ce monde? L'amitié? Elle disparaît quand celui qui est aimé tombe dans le malheur, ou quand celui qui aime devient puissant. L'amour? Il est trompé, fugitif, ou coupable. La renommée? Vous la partagez avec la médiocrité ou le crime. La fortune? Pourrait-on compter comme un bien cette frivolité? Restent ces jours dits heureux qui coulent ignorés dans l'obscurité des soins domestiques, et qui ne laissent à l'homme ni l'envie de perdre ni de recommencer la vie.


Par: François-René de Chateaubriand

Ajoutée par Savinien le 11/11/2012

 

Mon premier ouvrage a été fait à Londres, en 1797, mon dernier à Paris, en 1844. Entre ces deux dates, il n'y a pas moins de quarante-sept ans, trois fois l'espace que Tacite appelle une longue partie de la vie humaine: "quindecim annos, grande mortalis oevi spatium." Je ne serai lu de personne, excepté de quelques arrières-petites-nièces, habituées aux contes de leur vieil oncle. Le temps s'est écoulé; j'ai vu mourir Louis XVI et Bonaparte; c'est une dérision que de vivre après cela. Que fais-je dans le monde? Il n'est pas bon d'y demeurer lorsque les cheveux ne descendent plus assez bas pour essuyer les larmes qui tombent des yeux.


Par: François-René de Chateaubriand

Ajoutée par Savinien le 11/11/2012