Citations de De l'inconvénient d'être né, de Emil Cioran

27 Citations

C'est à cause de la parole que les hommes donnent l'illusion d'être libres. S'ils faisaient - sans un mot - ce qu'ils font, on les prendrait pour des robots. En parlant, ils se trompent eux-mêmes, comme ils trompent les autres: en annonçant ce qu'ils vont exécuter, comment pourrait-on penser qu'ils ne sont pas maîtres de leurs actes?


Par: Emil Cioran

Ajoutée par jlm le 29/03/2013

 

Un zoologiste qui, en Afrique, a observé de près les gorilles, s'étonne de l'uniformité de leur vie et de leur grand désoeuvrement. Des heures et des heures sans rien faire... Ils ne connaissent donc pas l'ennui?
Cette question est bien d'un homme, d'un singe occupé. Loin de fuir la monotonie, les animaux la recherchent, et ce qu'ils redoutent le plus c'est de la voir cesser. Car elle ne cesse que pour être remplacée par la peur, cause de tout affairement.
L'inaction est divine. C'est pourtant contre elle que l'homme s'est insurgé. Lui seul, dans la nature, est incapable de supporter la monotonie, lui seul veut à tout prix que quelque chose arrive, n'importe quoi. Par là, il se montre indigne de son ancêtre: le besoin de nouveauté est le fait d'un gorille fourvoyé.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par jlm le 06/12/2012

 

Quand on considère froidement cette portion de durée impartie à chacun, elle paraît également satisfaisante et également dérisoire, qu'elle s'étende sur un jour ou sur un siècle. "J'ai fait mon temps." - Il n'est pas d'expression qu'on puisse proférer avec plus d'à-propos à n'importe quel instant d'une vie, au premier y compris.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 13/05/2012

 

Des arbres massacrés. Des maisons surgissent. Des gueules, des gueules partout. L'homme s'étend. L'homme est le cancer de la terre.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 13/05/2012

 

Je n'ai pas connu une seule sensation de plénitude, de bonheur véritable, sans penser que c'était le moment ou jamais de m'effacer pour toujours.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 13/05/2012

 

Personne ne clame qu'il se porte bien et qu'il est libre, et pourtant c'est ce que devraient faire tous ceux qui connaissent cette double bénédiction. Rien ne nous dénonce davantage que notre incapacité de hurler nos chances.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 28/04/2012

 

Le grand tort de la nature est de n'avoir pas su se borner à un seul règne. A côté du végétal, tout paraît inopportun, mal venu. Le soleil aurait dû bouder à l'avènement du premier insecte, et déménager à l'irruption du chimpanzé.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 28/04/2012

 

Le temps vide de la méditation est, à la vérité, le seul temps plein. Nous ne devrions jamais rougir d'accumuler des instants vacants. Vacants en apparence, remplis en fait. Méditer est un loisir suprême, dont le secret s'est perdu.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

- Vous êtes contre tout ce qu'on a fait depuis la dernière guerre, me disait cette dame à la page.
- Vous vous trompez de date. Je suis contre tout ce qu'on a fait depuis Adam.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

La seule chose qu'on devrait apprendre aux jeunes est qu'il n'y a rien, mettons presque rien, à attendre de la vie. On rêve d'un "Tableau des Déceptions" où figureraient tous les mécomptes réservés à chacun, et qu'on afficherait dans les écoles.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Assiégé par les autres, j'essaie de m'en dégager, sans grand succès, il faut bien le dire. Je parviens néanmoins à me ménager chaque jour quelques secondes d'entretien avec celui que j'aurais voulu être.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Arrivé à un certain âge, on devrait changer de nom et se réfugier dans un coin perdu où l'on ne connaîtrait personne, où l'on ne risquerait de revoir ni amis ni ennemis, où l'on mènerait la vie paisible d'un malfaiteur surmené.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Plus on vit, moins il semble utile d'avoir vécu.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Ne regarde ni en avant ni en arrière, regarde en toi-même, sans peur ni regret. Nul ne descend en soi tant qu'il demeure esclave du passé ou de l'avenir.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

En permettant l'homme, la nature a commis beaucoup plus qu'une erreur de calcul: un attentat contre elle-même.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

La plupart de nos déboires nous viennent de nos premiers mouvements. Le moindre élan se paye plus cher qu'un crime.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Le sage est celui qui consent à tout, parce qu'il ne s'identifie avec rien. Un opportuniste sans désirs.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Sans la faculté d'oublier, notre passé pèserait d'un pas si lourd sur notre présent que nous n'aurions pas la force d'aborder un seul instant de plus, et encore moins d'y entrer. La vie ne paraît supportable qu'aux natures légères, à celles précisément qui ne se souviennent pas.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Cette seconde-ci a disparu pour toujours, elle s'est perdue dans la masse anonyme de l'irrévocable. Elle ne reviendra jamais. J'en souffre et n'en souffre pas. Tout est unique - et insignifiant.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Il vaut mieux être animal qu'homme, insecte qu'animal, plante qu'insecte, et ainsi de suite. Le salut? tout ce qui amoindrit le règne de la conscience et en compromet la suprématie.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

On ne devrait écrire des livres que pour y dire des choses qu'on n'oserait confier à personne.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Il est plus aisé d'avancer avec des vices qu'avec des vertus. Les vices, accommodants de nature, s'entraident, sont pleins d'indulgence les uns à l'égard des autres, alors que les vertus, jalouses, se combattent et s'annulent, et montrent en tout leur incompatibilité et leur intolérance.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

A mesure que les années passent, le nombre décroît de ceux avec lesquels on peut s'entendre. Quand on n'aura plus personne à qui s'adresser, on sera enfin tel qu'on était avant de choir dans un nom.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Tout est; rien n'est. L'une et l'autre formule apportent une égale sérénité. L'anxieux, pour son malheur, reste entre les deux, tremblant et perplexe, toujours à la merci d'une nuance, incapable de s'établir dans la sécurité de l'être ou de l'absence d'être.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Je sais que ma naissance est un hasard, un accident risible, et cependant, dès que je m'oublie, je me comporte comme si elle était un événement capital, indispensable à la marche et à l'équilibre du monde.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories:

Nous ne courons pas vers la mort, nous fuyons la catastrophe de la naissance, nous nous démenons, rescapés qui essaient de l'oublier. La peur de la mort n'est que la projection dans l'avenir d'une peur qui remonte à notre premier instant.


Par: Emil Cioran

Ajoutée par Savinien le 05/12/2010

Catégories: