Ebook de Jean-Jacques Rousseau


Vous pouvez mettre à disposition ces ebooks sur vos propres pages sous condition de ne pas en modifier le contenu et de citer le site Chuchotements comme étant à l'origine des documents fournis.

Le plus grand soin a été pris quand à la réalisation des ebooks présentés sur Chuchotements: l'ensemble du contenu a été relu et corrigé manuellement. De même, quand il a été jugé nécessaire, des notes de rédaction ont été ajoutées pour éclaircir la compréhension du texte.

Les livres sont fournis dans des archives .ZIP contenant l'ensemble des formats proposés (cliquer sur l'icone du format désiré pour télécharger).


On a tout dit à propos de Julie ou la nouvelle Héloïse: roman d'amour pré-romantique, exaltation du sentiment amoureux et lutte victorieuse de la vertu contre la passion, rêveries sentimentales d'un auteur alors dans l'impossibilité de trouver une femme répondant à sa sensibilité amoureuse, projection d'une situation vécue dans le rapport qu'il entretint avec la marquise d'Houdetot et son amant de Saint-Lambert, vaste thèse de fond dans laquelle Rousseau aborde les principes qu'il développera dans d'autres ouvrages sur le rapport à la nature, la retraite contrôlée à l'écart du monde, l'éducation, la morale, les passions, la religion...
Que pourrait-on ajouter si ce n'est que l'oeuvre est magnifique, portant des personnages d'une sensibilité quasi-inhumaine, rêvés à la perfection par Rousseau au sommet de son art. La pûreté de leur âme, acquise au prix des sacrifices, en fait des êtres auxquels on ne peut presque pas s'identifier, d'une grâce étrange et captivante, comme un personnage angélique d'un tableau ou d'une statue dont on ne pourrait, hypnotisé, détourner le regard.
Ce roman connut un immense succès à son époque et si l'évolution des moeurs et des pratiques modernes, nous éloignent de ces personnages et de leurs convictions et motivations, le petit effort demandé au lecteur pour les rejoindre et un moment - ne serait-ce même qu'un fugace moment - les atteindre, espérer, aimer, souffrir, pleurer même, avec eux, ce petit effort vous sera remboursé au centuple.
Laissons pour finir l'auteur parler lui-même de ses lettres, puisqu'il sait si bien le faire: « Mes jeunes gens sont aimables ; mais pour les aimer à trente ans, il faut les avoir connus à vingt. Il faut avoir vécu longtemps avec eux pour s’y plaire ; et ce n’est qu’après avoir déploré leurs fautes, qu’on vient à goûter leurs vertus. Leurs lettres n’intéressent pas tout d’un coup ; mais peu à peu elles attachent ; on ne peut ni les prendre, ni les quitter. La grâce et la félicité n’y sont pas, ni la raison, ni l’esprit, ni l’éloquence ; le sentiment y est ; il se communique au cœur par degrés, et, lui seul à la fin, supplée à tout. »

epub

epub