Fiche d'auteur et citations de: Albert Camus


Albert Camus Retour aux auteurs

Né(e) le 07/11/1913

Mort(e) le 04/01/1960

Pays: Algérie

Photo

Albert Camus, né le 7 novembre 1913 à Mondovi, à proximité de Bône (actuellement Annaba), dans le département de Constantine (depuis 1962, Dréan dans la willaya d'El Taref), en Algérie, et mort le 4 janvier 1960 à Villeblevin, dans l'Yonne, est un écrivain, philosophe, romancier, dramaturge, essayiste et nouvelliste français. Il fut aussi un journaliste militant engagé dans la Résistance française et dans les combats moraux de l'après-guerre.

L'œuvre de Camus comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurdité de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir »[1].

... Suite ici [article wikipedia]


Consulter ses citations


Ses ouvrages référencés en base:

Carnets (Camus)

1962

Carnets est un ensemble d'ouvrages autobiographiques de l'écrivain Albert Camus paru à titre posthume, en trois volumes qu'on trouve séparés la plupart du temps.

... Suite ici [article wikipedia]

L'envers et l'endroit

1937

L'Envers et l'Endroit est la première œuvre d'Albert Camus, publiée à Alger en 1937 par Edmond Charlot et constituée d'une suite d'essais sur le quartier algérois de Belcourt ainsi que sur deux voyages, le premier aux Baléares et le second à Prague et Venise.

... Suite ici [article wikipedia]

La peste

1947

La Peste est un roman d'Albert Camus publié en 1947 et ayant reçu le prix des Critiques la même année. Il appartient au cycle de la révolte rassemblant trois œuvres de Camus, La Peste, L'Homme révolté et Les Justes qui ont permis en partie à son auteur de remporter le prix Nobel de littérature en 1957.

... Suite ici [article wikipedia]

Le mythe de Sisyphe

1942

Le Mythe de Sisyphe est un essai rédigé par Albert Camus, publié en 1942. Il fait partie du « Cycle de l'absurde », avec l'Étranger (roman, 1942), Caligula (pièce de théâtre, 1938) et Le Malentendu (pièce de théâtre, 1944).

Inspiré par la pensée de midi, il fait le rapprochement entre la vie comme un éternel recommencement obéissant à de grands cycles du lambda[Quoi ?] avec Sisyphe, héros de la mythologie grecque. Pourquoi une telle punition ? Camus cite plusieurs versions du mythe, la plupart expliquant la punition de Sisyphe par une insulte faite aux dieux. Une version prête à Sisyphe, mourant, la volonté d'éprouver l'amour de sa femme, en lui demandant de ne pas lui donner de sépulture et de jeter son corps sur la place publique, après sa mort. Selon une autre version, Sisyphe découvrit la liaison entre le maître de l'Olympe, Zeus, et Égine ; il s'en alla monnayer l'information auprès du père, le fleuve Asopos. En échange de sa révélation il reçut une fontaine pour sa citadelle. Sa trop grande perspicacité irrita les dieux qui le condamnèrent à porter un bandeau et à pousser au sommet d'une montagne un rocher, qui roule inéluctablement vers la vallée avant que le but du héros ne soit atteint.

... Suite ici [article wikipedia]

Noces

1939

Noces est un recueil à caractère autobiographique d'Albert Camus écrit en 1936 et 1937, comportant quatre textes, publié en 1938 à quelques exemplaires[1], puis en 1939 chez Edmond Charlot à Alger[2]. Il paraît chez Gallimard également sous le titre « Noces ; (suivi de) l'Été »[3].<br /> Partant de l'Algérie natale de l'auteur, l'ouvrage traduit les réflexions et l'état d'esprit du jeune homme qu'il était alors.<br /> Le plus connu des quatre textes est Noces à Tipasa qui exalte la nature sous le soleil et la mer, dont sont souvent extraites les citations de l'auteur, relatives à cette époque.

Camus y exalte ses sentiments, sa joie bien sûr dans l'exaltation de la promenade à Tipasa car « le monde est beau, et hors de lui, point de salut », une beauté qui se traduit par cette définition du bonheur : « Qu'est-ce que le bonheur sinon l'accord vrai entre un homme et l'existence qu'il mène ». Même les périodes les plus difficiles à vivre peuvent être transcendées et il pense qu'« une certaine continuité dans le désespoir peut engendrer la joie », ce qui l'amène à conclure que « l'espoir, au contraire de ce qu'on croit, équivaut à la résignation. Et vivre, c'est ne pas se résigner».

... Suite ici [article wikipedia]