Fiche d'auteur et citations de: Alfred Jarry


Alfred Jarry Retour aux auteurs

Né(e) le 08/09/1873

Mort(e) le 01/11/1907

Pays: France

Photo

Alfred Jarry, né à Laval (Mayenne) le 8 septembre 1873 et mort à Paris le 1er novembre 1907[1], est un poète, romancier et dramaturge français.

Alfred Jarry est le fils d'Anselme Jarry, négociant puis représentant en commerce, et de Caroline Quernest. En 1878, il est inscrit comme élève dans la division des minimes du petit lycée de Laval. L'année suivante, sa mère s'installe à Saint-Brieuc. C'est donc au lycée de Saint-Brieuc que Jarry poursuit ses études jusqu'en 1888. Dès 1885, il compose des comédies en vers et en prose, comme les Brigands de la Calabre (1885), le Parapluie-Seringue du Docteur Thanaton, le Procès, les Antliaclastes (1re version 1886, 2e version, 1888).

... Suite ici [article wikipedia]


Consulter ses citations


Ses ouvrages référencés en base:

Le surmâle

1902

Le Surmâle est, comme l'a dit lui-même Alfred Jarry, un roman « moderne », composé en 1902 et dont le sujet est l'amour. Mêlant provocations en tout genre, grotesque et sous-entendus un peu osés, Jarry fait une sévère diatribe de la conception suivant laquelle l'amour n'est qu'une mécanique.
Ce livre n'est pas considéré comme une pièce maîtresse de Jarry, a contrario des Ubu ou autres Docteur Faustroll, mais par son écriture caractéristique, témoigne bien de l'atmosphère particulière et de l'humour du dramaturge. Notons que c'est le dernier roman de l'auteur.

« L'amour est un acte sans importance, puisqu'on peut le faire indéfiniment ». Le roman commence par cette étonnante phrase lâchée lapidairement par le personnage central, André Marcueil en plein milieu d'un repas dans son château de Lurance. Suit inéluctablement une discussion sur l'amour où chacun rivalise d'imagination pour célébrer un surmâle, un homme capable de faire un nombre impressionnant de fois l'amour en un temps limité. Cette discussion devient enfin purement scientifique lorsqu'un médecin, le docteur Bathybius, fait remarquer que le corps humain n'est pas adapté à de telles prouesses et que par conséquent, ces histoires de performance ne sont que des fantasmes. Un autre personnage, Monsieur William Elson, chimiste de renom, fait alors intervenir l'une de ses inventions, la perpetual-motion food (que l'on peut traduire par « nourriture du mouvement perpétuel ») qui, selon lui, permettrait la regénération des muscles pendant l'effort. Un homme ainsi nourri pourrait, sans effort particulier, devenir physiquement hyper-impressionnant et rivaliser avec le fantasmagorique. Pour mettre à l'é... Suite ici [article wikipedia]